Le coffrage : étape essentielle pour une construction en dur

Composant indispensable dans l’industrie du BTP, le coffrage pour béton constitue une moule temporaire ou permanente dans laquelle le béton sera coulé pour devenir dur. Un peu partout dans le monde entier, il s’utilise depuis des siècles pour assurer la construction des structures porteuses des bâtis et des ouvrages d’art. Indéniablement, il joue un rôle essentiel dans le développement de la civilisation humaine. Son importance est-elle toujours d’actualité ? Quels sont les différents types de coffrage ? Et comment choisir le meilleur coffrage pour une construction donnée ? Cap sur le sujet.

L’importance du coffrage dans la construction

Depuis la construction de la première œuvre en béton jusqu’à nos jours, le coffrage est une étape indispensable à réaliser pour l’obtention de structure robuste et résistante après un temps de séchage du béton. Dans le dictionnaire du BTP, le coffrage désigne non seulement une étape, mais aussi l’élément principal à utiliser pour la réalisation de cette étape.

À l’aide d’un coffrage, on peut construire rapidement et facilement les structures porteuses ou non en béton. Les structures porteuses contiennent généralement un ferraillage à leur intérieur, tandis que les structures non porteuses n’en contiennent pas. Tout au long du délai d’exécution sur chantier, le coffrage offre des plateformes solides permettant non seulement de mouler le béton, mais aussi de mieux assurer la sécurité des travailleurs. En effet, grâce à son système d’étaiement, les ouvriers et les personnes circulantes sur les lieux sont moins sujets au risque d’accident de travail.

Le coffrage facilite la tâche des gestionnaires du chantier pour une meilleure mobilisation et démobilisation des ressources principales : poutrelles pour coffrage et étaiement. Ces gestionnaires peuvent par la suite recourir à une location d’étaiement dans le cas où les réserves d’étaiement manquent. En fonction du type de coffrage choisi, on peut obtenir une meilleure qualité de la surface du béton. A priori, plus le coffrage est de meilleure qualité, mieux sera la finition de surface.

Aussi, certains types de coffrage comme le coffrage grimpant peuvent réduire les coûts et le calendrier du projet en optimisant la durée de chaque étape prévue pour la construction.

Les différents types de coffrage

Selon les applications, on distingue deux types de coffrage : les coffrages verticaux et les coffrages horizontaux. Les coffrages verticaux concernent la construction de tout élément vertical comme les colonnes, les poteaux, les côtes de poutre et les murs. Les coffrages verticaux par contre s’utilisent pour la construction des éléments horizontaux, on peut citer le coffrage pour dalle, le coffrage pour plancher, le coffrage pour soffites des poutres.

En se référant à la méthodologie et aux choix des matériaux, on distingue trois types de coffrage : le coffrage d’ingénierie, le coffrage en bois et le coffrage de béton isolé. Le coffrage d’ingénierie utilise des modules préassemblées qui se constituent de cadre et de poutrelles en aluminium, en acier ou en métal. Pouvant être réutilisé plusieurs fois, il est abordable et offre une option populaire pour toute entreprise de construction qui se respecte. Le coffrage en bois est le coffrage traditionnel, utilisé depuis des siècles en raison de sa grande disponibilité et de ses côtes relativement modestes. Fabriqué avec du contreplaqué ou poutrelle en bois, il est facile à mettre en œuvre avec une durée de vie courte ou moyenne. Toutefois, il présente des limites et ne convient qu’aux petites et moyennes structures.

De son côté, le coffrage de béton isolé est avantageux en procurant un faible impact écologique et des prix bas. Assemblé sur site, il reste bien en place jusqu’à ce que le béton se durcisse. De plus, il se construit rapidement et présente une excellente tenue contre le feu, les variations thermiques et acoustiques.

Comment choisir son coffrage ?

L’importance du coffrage dans l’acte de construire des bâtis et des ouvrages d’art n’est plus à démontrer. Comment alors choisir son coffrage ? Pour le choix du coffrage, nombreux paramètres sont à prendre en compte, notamment son rapport qualité/prix, sa facilité d’adaptation aux formes prévues, son niveau de réglages, sa disponibilité et son poids. On peut aussi se référer au taux de rotation possible pour son utilisation, aux possibilités de réutilisations, et aux types de parements obtenus à l’issue du décoffrage.

Selon son budget et la nature des travaux, on peut très bien employer différents types de coffrage pour un même chantier de construction.